La forêt qui soigne, de la sylvothérapie à la photographie.

La forêt qui soigne, de la sylvothérapie à la photographie.

 

 

De plus en plus, on s’intéresse à la forêt et aux arbres, à leurs vertus, à leur intelligence, et maintenant aussi à leur pouvoir guérisseur.

 

Deux livres, publiés récemment[1][2], ont mis à l’honneur l’intelligence des arbres, phénomène largement méconnu, voire ignoré jusque-là. Les arbres sont capables, sinon d’intelligence, du moins de communiquer entre eux, de s’échanger des informations et de se soutenir. Ils peuvent se prévenir de la présence d’un prédateur, afin de développer des stratégies de défense adéquates, ils peuvent aider les plus faibles d’entre eux, en leur fournissant de la nourriture. Les « parents » ont des méthodes d’éducation de leurs « enfants », afin qu’ils deviennent grands et forts, et parents et enfants développent des liens d’amitié et de soutien entre eux. Bref, le monde des arbres est un monde beaucoup plus complexe que l’on ne pensait jusque-là, et qui a encore beaucoup à nous apprendre.

 

Au Japon, pays où la forêt occupe une place tout à fait particulière dans les mentalités[3][4], on a développé récemment une méthode particulière pour soigner le corps et l’esprit grâce aux arbres, avec le « bain de forêt » ou « Shinrin-Yoku » : 

C’est l’Agence des forêts japonaise qui a la première introduite le terme Shinrin-Yoku au début des années 80. L’idée était d’inciter les Japonais à se promener en forêt et à éveiller les sens du corps aux nombreuses interactions que le milieu forestier offre. L’Agence reconnaissait cette pratique comme une véritable hygiène de vie, mais aucune étude scientifique sérieuse n’avait encore été publiée qui pouvait justifier le sentiment de calme et de bien-être ressentis par les personnes pratiquant le Shinrin-Yoku.

Il faudra attendre le milieu des années 90 pour voir apparaître les premières études scientifiques sur les effets physiologiques de la pratique du Shinrin-Yoku. En 1995, Miyazaki et Motohashi ont été les premiers à mesurer les effets physiologiques de la pratique du Shinrin Yoku. Ils ont observé que des sujets qui passaient 40 min en forêt le matin et l’après-midi voyaient une diminution de leur score pour 5 indicateurs du Profile of Mood States, à savoir la tension, la dépression, l’anxiété, la fatigue et la confusion. De plus, leur taux de cortisol salivaire avait diminué par rapport aux conditions de laboratoire, ce fut la première fois que l’effet déstressant du Shinrin-Yoku était mesuré.

D’autres études sont venues compléter les recherches par la suite. On peut citer la diminution du taux de glucose dans le sang chez 87 diabétiques ayant pratiqué des séances de Shinrin-Yoku sur une période de 6 ans (Ohtsuka et al., 1998). Ohira et al., (1999) ont constaté une augmentation de l’activité des cellules tueuses naturelles et du taux d’immunoglobuline A, G et M dans le sang de 20 étudiants ayant passé huit heures en forêt. Les effets psychologiques de la pratique du Shinrin-Yoku ont également été mesurés. Morita et al. (2007) ont analysé l’humeur de 498 sujets ayant marché en forêt durant 4 jours. Résultats, un meilleur sentiment de vivacité et une baisse de l’hostilité et de l’état dépressif durant la journée de sortie en forêt comparée au jour « contrôle », c’est-à-dire sans sortie en forêt.

De leur côté, Tsutnetsugu et ses confrères se sont intéressés à l’influence des environnements forestiers sur nos sens. En comparant les études sur le terrain et les études en laboratoire, ils ont pu démontrer que nos systèmes sensoriels sont influencés par les informations reçues de façon visuelle, auditive, olfactive et même tactile. Par exemple, les plantes produisent des substances appelées Phytoncides que nous captons par l’odorat et qui ont des impacts sur certains indicateurs. Ainsi, l’odeur dégagée par les Cèdres du Japon (Cryptomeria japonica) a pour effet de faire baisser la pression sanguine systolique et ce dès 40 à 60 secondes après l’inhalation.[5] ».

 

Cette méthode thérapeutique s’est répandue ensuite dans le monde, ainsi par exemple dans les Vosges, avec des personnes formées au Japon[6], sous le nom de «  sylvothérapie ».

 

 

 

On voit donc que l’intelligence des arbres et leur pouvoir thérapeutique sont réels,  et c’est une impression que l’on ressent tout à fait lorsque l’on se fait photographe d’arbres et de forêts.

 

En effet, le sentiment qui domine lorsque l’on photographie dans une forêt, c’est de vivre une expérience où l’on est pleinement connecté au vivant et aux forces de la terre, on sent que l’on est en face d’un être vivant et pensant, mais c’est aussi de vivre une expérience de renaissance, liée à la nature même de la photographie.

 

J’ai déjà montré, lors de précédents articles[7], combien la photographie, art de la lumière, avait de relations avec l’expérience de la naissance et le vécu du nourrisson, et cette expérience se trouve réactualisée, une fois de plus, lors de photographie en forêt.

De fait, les alternances de lumière et d’ombre en sous bois, les multiples jeux du soleil avec les feuillages, tout cela ramène le photographe à ses premières expériences avec la lumière de tout petit nourrisson, quand il ne comprenait pas encore l’alternance du jour et de la nuit. Etre en quête d’un effet de lumière sur des feuillages, d’une trouée de lumière dans un sous-bois, c’est un peu comme chercher à retrouver la lumière du visage maternel, quand cette lueur était le seul langage commun entre mère et enfant, bien avant l’apparition du langage.

Photographier en forêt, jouer avec l’ombre et le soleil, c’est aussi retrouver la premières traces des liens et des jeux avec l’objet maternel, c’est se souvenir de la pénombre fœtale et revivre la venue au jour avec la naissance.

 

Ainsi le pouvoir thérapeutique et régénérant de la forêt se trouve-t-il redoublé par la pratique photographique et son souvenir des expériences originelles. La forêt, comme la photographie, sont des lieux pour se recentrer en soi- même, pour se reconnecter à l’ensemble du vivant et à l’histoire de notre vie. La forêt et la photographie sont deux expériences originaires et originelles.

 

 

 

 

[1] Peter Wohlleben, La vie secrète des arbres, Les Arènes, 2017

[2] Ernst Zürcher, Nadine Cantaloube, Les arbres, entre visible et invisible – S’étonner, comprendre, agir, Actes Sud, 2016.

 

[3] https://issuu.com/rjannel/docs/existe-t-il_un_mode_de_pens__e_fore

 

[4] http://www.desirdeforet.fr/index.php/nos-publications

[5] http://www.hinnovic.org/le-shirin-yoku-ou-la-nature-comme-medecine-preventive/

[6] https://positivr.fr/sylvotherapie-arbres-vosges-fore%CC%82t-apaisement/?utm_source=ActiveCampaign&utm_medium=email&utm_content=D%C3%A9couvrez+les+derni%C3%A8res+histoires+sur+POSITIVR&utm_campaign=POSITIVLetter

[7] https://imagesetimageurs.com/2016/01/30/le-vide-et-le-blanc-contributions-a-une-theorie-generale-de-la-photographie/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s