Retrouver l’origine, être photographe de roses à Lyon

Retrouver l’origine, être photographe de  roses à Lyon.

 

 

«  Autour de Lyon maintenant, il ne reste que sept ou huit rosiéristes et des créateurs de rose six ou sept, à l’échelon de la France cela représente 50%.

Une rose sur deux vendue dans le monde a une génétique issue de la région de Lyon. »

Une citation extraite de l’émission de France  Culture  « LSD » consacrée aux roses[1], le 27/12/2016.

 

«  De grand matin, je m’en fus au jardin cueillir une rose.

Soudain me vint à l’oreille la voix d’un rossignol.

 

Le pauvre comme moi était pris d’amour pour une rose

Et par son cri de détresse jetait le tumulte au parterre.

 

Je tournais en ce parterre et ce jardin ; d’instant en instant

Je songeais à cette rose et à ce rossignol.

 

La rose était devenue compagne de la beauté, le rossignol

L’intime de l’amour,

En lui nulle altération, en l’autre nulle variation.

 

Quand la voix du rossignol eut mis sa trace en mon cœur,

Je changeais au point que nulle patience ne me resta.

 

En ce jardin tant de roses s’épanouissent, mais

Personne n’a cueilli une rose sans  le fléau de l’épine.

 

Hâfez, du monde en sa rotation n’espère l’apaisement :

Il a mille défauts et n’a pas une faveur ! »

 

Hafez de Chiraz, Ghazal 456, in Le Divan, Poèmes de Hafez de Chiraz, traduits du persan par Charles- Henri de Fouchécourt, Verdier- Poche, 2006, p.1110.

 

 

 

 

 

Etre photographe de roses à Lyon, c’est un peu se croire au paradis, au paradis des roses et de la photographie.

 

J’ai traité lors d’articles précédents du lien entre photo et paradis et tout ce qui a rapport à l’origine[2], ici je traiterai  plus  particulièrement du rapport entre photos et roses, et particulièrement des roses de Lyon et alentour.

 

Il est de notoriété publique que la ville de Lyon et la région lyonnaise dans son ensemble ont été et sont encore un grand  centre pour la culture de la rose[3]. L’âge d’or a surtout eu lieu entre la  seconde moitié du XIX ème siècle et 1914, et de grandes maisons, Meilland- Richardier ou Laperrière sont nées à cette époque et existent encore maintenant.

 

Le pacte d’amour entre Lyon et la rose est né grâce à l’initiative de l’impératrice Joséphine de Beauharnais, qui, grande amatrice et connaisseuse de fleurs et aimant beaucoup aussi Lyon, céda une partie de sa collection de roses à la ville de Lyon en 1805. Celles-ci furent d’abord  accueillies dans le Jardin des Plantes, sur les pentes de la Croix- Rousse, puis, une fois le Parc de la Tête d’or édifié par les frères Bühler en 1858, elles y furent transférées. Plus tard, une roseraie de concours y fut construite. Le parc comporte désormais 3 roseraies[4]. La Société française des roses y a son siège[5]

Les roses sont aussi importantes dans la région lyonnaise, avec notamment la roseraie botanique de Caluire ou bien celle de Saint-Galmier.

 

Etre photographe à Lyon, c’est aussi vivre dans une ville qui a vu naître les frères Lumière, les  inventeurs du cinéma et de la photographie autochrome, c’est donc perpétuer un peu, à sa mesure, l’héritage et le renom lyonnais en matière de création d’images.

 

Etre photographe de roses, c’est un peu aussi se sentir l’héritière de tous les poètes qui ont chanté  la  rose, en particulier  les poètes persans. En effet, dans la  poésie persane, le thème de la rose est très important, et toujours associé au thème de l’amour[6]. Le visage de  la bien-aimée est comparé à la rose, et la rose est toujours accompagnée du rossignol. Celui-ci en est toujours amoureux, mais la rose a souvent des épines, aussi le rossignol est-il souvent comparé à l’amoureux blessé. Dans la mystique persane, la rose et le  rossignol sont également une figure symbolique du maître et de son disciple, car  la rose ne cesse d’attirer le rossignol et de s’ouvrir chaque  fois un peu plus, lui dévoilant de  plus en plus de merveilles.

 

Le photographe de roses est alors un peu dans la  position du rossignol. Il souhaiterait  pénétrer le mystère de la rose en la photographiant, et devenir rose lui- même, mais la rose se dérobe sans cesse  à lui. Pourtant son mystère demeure et l’attire toujours un peu plus. Le paradis des roses, le printemps de l’âme si bien chanté par les poètes persans reste ancré profondément dans le cœur de tout photographe de roses.

 

Ainsi être photographe de roses à Lyon, c’est à la fois pénétrer le cœur de la rose et le cœur de la photographie. Etre photographe de roses à Lyon, c’est  retrouver le goût de l’origine et du paradis perdu, être photographe de rose à Lyon, c’est retrouver le goût du sacré et de la quête  mystique.

 

Les personnes désirant connaître mes photos de roses peuvent se reporter à ma galerie en ligne, où plusieurs albums sont consacrés aux roses :

https://www.flickr.com/photos/lucilelongre/albums

 

 

[1] https://www.franceculture.fr/emissions/lsd-la-serie-documentaire/ou-est-passe-le-parfum-des-roses-24-des-roses-en-heritage

[2] Voir notamment  https://imagesetimageurs.com/2016/05/29/le-gout-du-paradis-perdu-de-la-photographie-comme-langage-de-lorigine/?iframe=true&theme_preview=true

[3] Voir en particulier l’ouvrage de Nathalie Ferrand, Créateurs de roses, à la conquête des marchés, 2015, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

[4] Plus de détails sur ce parc  https://fr.wikipedia.org/wiki/Parc_de_la_T%C3%AAte_d’Or

[5] http://societefrancaisedesroses.asso.fr/index.htm

[6] Voir notamment http://www.teheran.ir/spip.php?article994#gsc.tab=0,  , Charles –Henri de Fouchécourt, La description de la nature dans la poésie  lyrique persane du Xième siècle, Inventaire et analyse des thèmes, Paris, 1969, Librairie C Klincksieck,, Annemarie Schimmel «  Rose und Nachtigall »,revue Numen, vol V. , fasc. 2 , avril 1958, p.85 à 109, Paul Humbert, « Fidoursi et  la rose », Mélanges N. Nidermann, Neuchâtel, 1944, p. 49 -62.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s